Riche aux yeux de Dieu

Acclamation :
Alléluia. Alléluia.
Veillez, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y pensez pas que le Fils de l’homme viendra.
Alléluia.

Évangile selon St. Luc (12, 13-21) :
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume. Vendez ce que vous possédez et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s’usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne détruit pas. Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées.    Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte. Heureux ces serviteurs-là que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : c’est lui qui, la ceinture autour des reins, les fera prendre place à table et passera pour les servir. S’il revient vers minuit ou vers trois heures du matin et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »    Pierre dit alors : « Seigneur, est-ce pour nous que tu dis cette parabole, ou bien pour tous ? » Le Seigneur répondit : « Que dire de l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de son personnel pour distribuer, en temps voulu, la ration de nourriture ? Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! Vraiment, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. Mais si le serviteur se dit en lui-même : ‘Mon maître tarde à venir’, et s’il se met à frapper les serviteurs et les servantes, à manger, à boire et à s’enivrer, alors quand le maître viendra, le jour où son serviteur ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il l’écartera et lui fera partager le sort des infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, celui-là n’en recevra qu’un petit nombre. À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage. »

Lectio
Le conseil et l’exemple de Jésus est de ne pas trop se préoccuper des choses matérielles parce que « Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. », Mt 6, 25. L’accumulation de biens, d’héritages, de gloire, de puissance, n’entre pas dans l’échelle de valeurs de Dieu. Lui, en effet, ne veut pas être un juge sur la question de l’héritage entre les deux frères rappeler que « la vie ne dépend pas des biens » même s’ils sont abondants. Comme d’habitude, Jésus enseigne par une parabole, dans laquelle il présente « un homme riche », qui nous rappelle le riche Épulon, lequel refermé sur lui-même, ne réalise pas la misère de Lazare. Il s’agit d’un homme insensé qui a un cœur rempli de de biens reçus, mais qui oublie Dieu, grand et unique bien. Dans sa folie, il ne se rend pas compte que tout lui est prodigué par la Providence, non pas ses biens mais sa propre vie. Il ” amasse des richesses pour lui-même et n’est pas riche devant Dieu. “” La richesse permet aux hommes de disposer de leur propre vie, de ne pas dépendre entièrement des autres, de l’État et de réaliser de grandes missions. Dans cette mesure, les biens sont nécessaires pour une juste existence. Jésus ne met pas en question le bon usage des biens et des richesses, mais affirme qu’ils appellent les hommes à se sentir loin de Dieu et de leur prochain, et à se croire assurés contre la pauvreté, la vieillesse et la mort et de vivre uniquement pour être satisfaits d’eux- mêmes. La richesse, cependant, doit être pour tout le monde un moyen de s’engager dans l’action pour les autres, en aidant ceux qui sont dans le besoin ou le manque et en partageant avec générosité les mêmes biens. Alors on est vraiment riche aux yeux de Dieu. Avec des yeux Nazaréens. Le monde porte ceux qui sont animés de son esprit à aimer et à estimer les choses terrestres, comme sont l’or, l’argent, la magnificence, les grandeurs, le faste dans les habits et dans les ameublements qui sont l’objet le plus ordinaire de l’empressement des mondains; l’homme charmé par le faux éclat des choses du monde est disposé à tout faire, à tout entreprendre et à tout souffrir, même à sacrifier son repos, sa santé et sa vie pour se les procurer, et cela pendant qu’il est tout de glace pour Dieu, et qu’il ne fait nul effort pour son salut. Et oserons-nous le dire ? Les Communautés n’ont-elles pas quelquefois à déplorer le malheur d’avoir reçu dans leur sein des hommes qui, oubliant leurs saints engagements, se laissent séduire par les vains appas des plaisirs et des biens du monde. (Frère Gabriel Taborin, circulaire n° 2 du 23 août 1847)

Prions
D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge. (Ps.89)

À Nazareth
« Votre refuge est à l’ombre du Très Haut. » Jésus, est venu faire la volonté du père, il le montre avec la vie quotidienne à Nazareth et avec la vie publique sur les chemins de Palestine. À Nazareth, la demeure de Très Haut, se situe notre refuge. Là, Marie et Joseph nous enseignent comment se prévaloir de « faire la volonté de Dieu, qui est surtout Père », Il est le refuge le plus sûr, parce que c’est le refuge d’amour. Non seulement cela, mais on découvre que faire la volonté de Dieu peut se compléter en une réelle familiarité avec Lui dans son fils Jésus. (Frère Lino Da Campo)

Intentions
Jésus nous demande ne pas de laisser les difficultés ou les satisfactions de nous faire perdre de vue la joie authentique qui nous guide et qui nous attend : l’amour de Dieu. Prions le Seigneur pour qu’il nous donne la sagesse du cœur.