Demandez et vous recevrez

Acclamation :
Alléluia. Alléluia.
Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils; c’est en lui que nous crions « Abba », Père.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (11,1-13)
Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. » Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : ‘Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour    Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation. » Jésus leur dit encore : « Imaginez que l’un de vous ait un ami et aille le trouver au milieu de la nuit pour lui demander : ‘Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir.’    Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ‘Ne viens pas m’importuner ! La porte est déjà fermée; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner quelque chose’. Eh bien ! je vous le dis : même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut. Moi, je vous dis : demandez, on vous donnera; cherchez, vous trouverez; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit; qui cherche trouve; à qui frappe, on ouvrira. Quel père parmi vous, quand son fils lui demande un poisson, lui donnera un serpent au lieu du poisson ? ou lui donnera un scorpion quand il demande un œuf ?    Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Lectio
Le texte présente la prière comme une des exigences fondamentales de la vie du disciple et de la communauté. Jésus, comme les grands maîtres spirituels de son temps, enseigne à ses disciples une prière qui les caractérise : le « notre Père ». La caractéristique de la prière au Père dans l’Évangile de Luc est son orientation pratique, conjuguée avec les aspects spirituels, moraux et eschatologiques : le troisième évangéliste veut donner à entendre que Dieu est un Père bon et puissant, aimable et juste, auquel on peut toujours faire confiance. La parabole intégrée dans le texte sert à expliquer avec quelle attitude le disciple a à dire le « notre Père » : avec une totale confiance en Dieu, qui conduit même à insister devant Lui en quelque sorte. L’homme qui va de nuit à la maison de son ami est la figure du disciple du Christ, appelé à prier toujours Dieu et toujours avec l’espoir d’être assisté non pas parce qu’il l’a fatigué avec sa sollicitation, mais parce qu’Il est un Père miséricordieux et fidèle à ses promesses. C’est l’espoir de la prière qui ouvre les portes du cœur du Père et précisément la condition à la fois paternelle et maternelle de Dieu, qui doit nourrir l’espoir des chrétiens. Dieu est un Père qui veut recevoir les demandes de ses enfants, parce que cela montre qu’ils ont confiance en Lui et pensent qu’il est le Dieu de l’histoire et du monde et qui est uniquement orienté vers le bien leurs enfants. Ce que le Père ressent n’est pas l’insistance dans la demande, mais le fait qu’il ne lui est pas demandé assez, demeurant silencieux et presque indifférents à lui. Dieu est certainement un Père qui sait offrir une existence quotidienne à ses enfants et qui sait ce qui est bon pour eux. Voici pourquoi Il prodigue aux chrétiens beaucoup de bienfaits et, par-dessus tout, le don par excellence : l’Esprit Saint, le seul bienfait indispensable pour une vie, puisque, si on lui permet d’agir, il les rend de plus en plus authentiquement fils dans le Fils.

Avec des yeux Nazaréens
À Nazareth nous pouvons apprendre à réciter le Notre Père. Cette prière dut naître dans l’esprit et dans le cœur de Jésus à Nazareth. Quand il l’apprend à ses disciples, il ne fera que transmettre ce que le Père est pour lui, et sans doute aussi pour Marie et Joseph. Le « Notre Père » est l’expression la plus simple et la plus grandiose de notre foi. (Manuel de la spiritualité 3.5.1) La communauté a pour chef le Christ, « l’aîné d’une multitude de frères » (Rm 8,29), pour loi, le commandement de la charité, pour prière, le Notre Père, pour but, l’extension du royaume de Dieu et pour modèle la Sainte Famille de Nazareth. (Constitutions 88)

Prions
Le jour où tu répondis à mon appel, tu fis grandir en mon âme la force. (Ps 137)

À Nazareth
Un juif de la diaspora, avec la faveur divine, chante un hymne au Seigneur… Le chrétien dans sa faiblesse dispose du don de l’esprit : « quand je suis faible, alors je suis fort », 2 Cor12, 10. … Jésus terminera son travail en instituant l’Eucharistie, la gratitude et la parfaite louange. Par conséquent, nous pensons que le fait de ressentir ce Psaume était habituel à Nazareth. Et il n’y a qu’à le suivre en étant chrétien. (Frère Lino Da Campo)

Intentions
Jésus nous enseigne à avoir confiance dans le Père qui entend toujours nos invocations. Nous demandons à être conscients que la seule chose qui peut briser notre relation avec le père est notre rejet et qu’avec notre baptême, nous sommes entrés pour faire partie d’une communauté dans laquelle nous nous adressons à un unique Père comme des frères dans le Christ.