La meilleure partie

Acclamation :
Alléluia. Alléluia.
Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.
Alléluia.

Évangile selon Luc (10, 38-42) :
En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

Lectio
Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée.” Au cours des siècles, ces mots ont souvent été interprétés comme une confirmation, de la part de Jésus, de la supériorité de la vie contemplative par rapport à la vie active dans le domaine de l’évangélisation. Cette interprétation n’est pas fondée dans ce texte. Pour comprendre le sens des paroles de Jésus, il est donc important de prendre en considération le contexte.
L’entrée dans la maison de Marthe et Marie est une étape du long chemin de Jésus jusqu’ à Jérusalem et fait partie de la réalisation de sa mission. En affirmant que Marthe “se donne du souci et s’agites pour bien des choses” Luc évoque les soixante-douze disciples occupés eux-aussi à de nombreuses activités du service missionnaire.
Dans un repas normal de famille, alors que certains parlent, d’autres préparent la nourriture : les deux tâches se complètent, surtout lorsqu’elle accueille un invité. Marthe s’est occupée seule de la préparation de la nourriture, tandis que Marie s’est assise et est en conversation avec Jésus. Marthe proteste, elle se considère comme une servante et pense que son service dans la cuisine est plus important que celui de sa sœur, lequel n’est pas un service, car elle demande : “Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? ” Mais Marthe n’est pas l’unique servante. Jésus aussi assume le rôle de serviteur annoncé par Isaïe, qui a dit que le service principal du serviteur de Jahvé est d’être devant Dieu à l’écoute et en prière pour pouvoir découvrir la parole de consolation pour les malheureux. Maintenant, Marie a une attitude de prière devant Jésus. Et se pose la question : qui remporte le meilleur service, Marthe ou Marie ?
Le Seigneur répond : “Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée.” Pour Jésus, une bonne conversation avec des amis est plus importante que de manger, et une bonne conversation avec Jésus produit une profonde conversion. Mais dans l’Évangile de Luc, ces mots supposent un sens symbolique plus profond. Comme Marthe, les disciples aussi, durant la mission, se préoccupent de beaucoup de choses, mais Jésus explique bien que le plus important est d’avoir les noms écrits dans les cieux, c’est-à-dire, être connus et aimés par Dieu. Les nombreux services de Marthe doivent être menés à bien à partir de l’unique service réellement nécessaire : l’attention d’amour fraternel aux personnes. C’est la meilleure part que Marie a choisi et qui ne lui sera pas enlevée. Marie est en harmonie avec l’attitude du serviteur de Dieu, parce que, comme lui, elle se trouve aux pieds du Seigneur dans une attitude d’écoute et ne veut pas le laisser : si elle ne le fait pas elle ne découvrira pas la parole de consolation pour les malheureux. Tel est le véritable service que Dieu demande à tous.

Avec des yeux Nazaréens
Le Frère Gabriel est un homme concret et d’action, mais il conserve toujours la nostalgie de la vie contemplative. Ses expressions de prière sont celles propres de la vie religieuse de son époque, proches de celles du peuple, avec un goût prononcé pour la liturgie. Dans ses écrits, se trouvent de fréquentes exhortations à la prière : méthode de méditation, avis et formules de prière et indications pour la participation à la liturgie…
L’invitation de Frère Gabriel à revenir fréquemment sous l’humble toit de Nazareth, comprend une introduction à la prière contemplative. Plutôt qu’approfondir intellectuellement ou affectivement le mystère de Nazareth, il s’agit de rester en sa présence se laissant transformer par lui dans la profondeur de l’être (Manuel de la spiritualité 3.5.1.)

Frère, aime ta Congrégation.
Souviens-toi que dans l’humble maison de Nazareth
Tu découvriras la sagesse
Qui te guidera dans la vie.
Dans les difficultés,
N’abandonne pas la compagnie de Jésus, Marie et Joseph.
Contemple-les dans cette famille
Qui est aussi la tienne,
Aime-les et mets en eux ta confiance. (Constitutions, Avant-Propos)

Prions
01 Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? Qui habitera ta sainte montagne ? (Ps..14)

À Nazareth
Pur habiter le Temple du Seigneur, votre montagne sainte, et Pour habiter la maison de Nazareth, l’église, en dernière analyse, les conditions morales sont les mêmes. Jésus prendra le relais et enseignera ces conditions avec la parole et l’exemple de sa vie, expérimentée avec Marie et Joseph. Avec Marie et Joseph, Jésus sait que le oui est oui et le non est non. Il sait que la fidélité dans les petites choses de chaque jour est la base pour les grandes fidélités. Seul celui qui fait croître en oui un même cœur nazaréen peut être invité dans la maison de Nazareth. (Frère Lino Da Campo)

Intentions
Jésus se fait présent dans la vie de chacun d’entre nous dans notre situation ordinaire et vous propose son don de grâce, si nous l’accueillons et l’écoutons. Prions pour que tous les croyants reconnaissent le Seigneur qui vient à leur rencontre et sache l’annoncer au monde avec fidélité, joie et compassion.