Participants : Fr. Giueseppe Accomazzo, Michel Barbut, Gérard Berne, Fr. Teodoro Berzal, Fr. Pierino
Dotti, Annamaria Gaidano, Fr. Carlo Ivaldi, Régis Malfroy, Annamaria et Bruno Montini, Stéphane
Noël, Fr. Simon Ouedraogo, Lina et Luciano Perin, Eric Pireyre, Fr. Robert Ruffier, Giuliana Vitali.
Après les retrouvailles et la joie d’être ensemble, nous donnons des nouvelles de celles et ceux qui
n’ont pu venir mais qui nous ont assurés de leur communion.
La présence de Gabriel habite la maison qui nous réunit. Après une prière d’adoration de Gabriel
Taborin, qui nous met en présence de Dieu, nous échangeons à la lumière des encycliques Lumen
Gentium et Gaudate et exultate, sur le Vivre en prophète. C’est l’ Esprit qui nous responsabilise
individuellement, il est à nos côtés et nous aide. La «classe moyenne de la sainteté» ou la sainteté
« de la porte d’à côté », c’est le prochain que nous côtoyons au quotidien dans le travail, nos
occupations et nos loisirs. Pas de choses extraordinaires! Joseph, nous rappelle que le prophète n’est
pas celui qui annonce le futur mais celui qui parle, celui qui témoigne. Toute personne est appelée à
être témoin.
La mission et la vocation prophétique de la fraternité nazaréenne est d’être pleinement homme ou
femme au sein de la famille et dans l’Église.
Théodore fait remarqué que pour canoniser quelqu’un, on ne regarde pas les dons de la personne
mais l’héroïcité de ses vertus. Nous devons nous engager à respecter, honorer et développer un style
de vie fraternelle.
Stéphane indique qu’une lettre de mission épiscopale et congréganiste est un engagement quotidien
pour prendre soin des élèves et de la mixité sociale voulue par frère Marc. Une réflexion a permis
une ouverture aux autres et aux plus pauvres. Un programme financier a été fait pour aider les plus
défavorisés. Avec nos petits moyens d’êtres humains, nous essayons de vivre du charisme de
Gabriel Taborin.
Pour un frère de la Sainte-Famille, être prophète, c’est approfondir l’esprit de famille dans la
simplicité, l’accueil et l’ouverture à tous. La mission du religieux consiste à témoigner de la
fraternité. Engagé(e)s dans la fraternité, qu’est ce qui nous rassemble? Sommes nous capables de
saisir ce que Gabriel Taborin nous lègue? Demandons au Seigneur qu’il ouvre nos coeurs.
Franca, nous dit que l’Église a besoin de prophètes, hommes d’espérance, hommes du partage des
joies et des peines.
En fin de matinée, nous allons à la cathédrale nous recueillir et prier sur la tombe de frère Gabriel.
Après un repas convivial, nous échangeons quelques cadeaux et souvenirs. Quelle joie de voir frère
Nizier arborer magnifiquement ses 99 ans !
Frère Théodore, nous fait visiter la maison nouvellement acquise par la communauté que du temps
du fondateur, les religieux avaient occupée. Elle permettra de restructurer les archives et de mieux
accueillir visiteurs et pèlerins.
A 14h00, nous reprenons nos échanges et abordons l’histoire et les origines des fraternités. En
Italie, dès 1991, la fraternité naît par les laïcs qui veulent vivre le charisme. Il y a un désir de
confrérie, et frère Théodore est le premier à entreprendre la démarche de fraternité. C’est réellement
en 1993, que naît la Fraternité avec des laïcs qui croient à la sainteté du fondateur Gabriel. Au sein
de la province laurétane , nous avons mené une réflexion pour étudier la situation du frère
aujourd’hui : vocation, mission, charisme, spiritualité. Comment notre présence dans l’Église
aujourd’hui peut -elle faire vivre ce don de l’Esprit. La communauté des frères considère la
fraternité avec un regard positif, avec tendresse, comme un don précieux pour l’Église. Les frères ne
voient pas la relève arriver et leur nombre décroît, ils sont une dizaine en France, une vingtaine en
Italie. Malgré tout, quelle est la place du FSF dans l’Église d’aujourd’hui? C’est en bas dans
l’humilité que nous devons trouver notre identité dans uns église différente en évolution. A nous de
réfléchir et d’évoluer pour assurer notre mission dans le monde actuel.
Frère Francsico Cabrezito, dit Paco, est le coordinateur de la Direction générale pour les Fraternités
nazaréennes. C’est lui qui nous accompagne lors de ce 25ème anniversaire.
Les frères, malheureusement, ont parfois manqué d’écoute et d’accompagnement de fraternités. Ils
réalisent que ces dons sont particuliers et qu’ils ne faut en aucun cas les laisser se perdre. En
Amérique de Sud, les membres, nous ont montré l’exemple de chrétiens en Église, attachés à une
communauté religieuse. Il est essentiel et vital de continuer de demander à l’Esprit d’envoyer des
ouvriers à la moisson.
Stéphane met en exergue un axe important, celui de la joie, joie des retrouvailles, joie familiale, joie
partagée entre les divers membres de la communauté éducative. Lors des rencontres internationales,
nous ressentons concrètement cette appartenance à une même famille. Nous nous ingénions pour
organiser des ventes au profit des plus pauvres et des plus démunis. Nous apprécions et
développons tout ce qui enrichit et nourrit ce sens de la famille. Frères et laïcs, nous avons besoin
les uns des autres. La Fraternité lyonnaise à 16 ans d’existence, sa spécificité c’est qu’elle agrège
beaucoup plus d’enseignants que de parents ou anciens parents.
Théodore met en évidence la diversité de situation dans les fraternités au niveau mondial.
Actuellement 190 membres sont associés avec un engagement devant un provincial ou son
représentant. 500 membres sont spirituellement impliqués sans pour autant s’engager comme les
premiers cités.
Pourquoi n’y a t-il pas d’oblats Sainte-Famille? Les FSF sont des religieux laïcs, nous n’allons
donc pas créer de fonction cléricale.
Eric dit l’importance d’actions communes, de rencontres modèles avec la participation et le soutien
des associés ou engagés. Si Joëlle fait vivre la communauté chrétienne au sein de Charles de
Foucauld, la fraternité par capillarité apporte son aide à l’accomplissement de sa mission d’église.
Les statuts des fraternités donnent des actions ou des règles strictes. Certaines personnes peuvent
dire : « Je ne me sens pas capable de suivre de tels statuts assez exigeants. » Ils ont été pensés et
écrits par des frères. Mais ils sont nécessaires sur un plan juridique pour structurer les choses.
Pierino pense qu’il y a des prescriptions, mais Théodore modère ou diffère disant qu’en fait dans cet
engagement on ne prend aucun engagement, sinon celui de vivre dans son propre milieu une
manière d’être. Le temps de formation d’une semaine ou d’une année, ne peut être adapté à une
mère de famille. Il suffit d’aimer et de vivre en règle avec sa conscience et sa foi.
Carlo rajoute que la rencontre est une chose vivante, il faut mettre la vie dans les fraternités pour
mieux se connaître. Il est souhaitable de s’accorder pour assurer un service pour les autres. L’oeuvre
sociale que l’on réalise ensemble, nourrit et fait grandir la fraternité au sein de notre communauté.
Pour Eric, il est impératif de témoigner, dire qui nous sommes et quel est notre projet de vie si nous
voulons assurer la mission d’évangélisation qui nous incombe. Osons, n’ayons pas peur. Notre
présence réelle et active, humble et discrète au sein de l’ensemble scolaire est souhaité lors de repas
solidaire, bol de riz, olympiades, célébrations eucharistiques et fêtes. Pourquoi ne pas envisager une
activité ou animation proposée et conduite par des membres de la fraternité?
Il serait judicieux de réaliser un livret contenant les renseignements utiles à la vie de la famille
taborienne avec les coordonnées des membres des fraternités de la province laurétane. Il pourrait
être inséré à la suite de celui des frères de la Sainte-Famille. Cela nous permettrait de mieux nous
connaître et communiquer, se souhaiter fêtes et anniversaires…
Nous terminons notre rencontre en priant un Notre Père.
15h15, nous devons prendre congé avec bises et accolades fraternelles. Merci à toutes et à tous pour
cette trop courte mais enrichissante rencontre. Grand merci aux frères de Belley pour leur accueil
ainsi qu’à Martine c’est elle la chef comme l’indique son tablier!
Fraternellement
Gérard et Michel

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????