« Mais quand vint la plénitude des temps, Dieu envoya son Fils, né d’une femme … afin de nous conférer l’adoption filiale ». (Gal 4, 4-5).

 

Chers Frères, membres des Fraternités Nazaréennes, Aspirants des Frères, Communautés Éducatives, Communautés chrétiennes, Catéchistes et amis de la Famille Sa-Fa.

 

Je commence mon message de Noël par cette citation de la lettre de Saint Paul aux Galates, que nous entendrons souvent ces jours-ci dans la liturgie et qui synthétise le mystère de Noël. Les paroles de l’apôtre Paul résument toute la théologie de la naissance de Jésus et affirment notre statut d’enfants de Dieu. Une fois encore, cette Lettre aux Galates souligne la manière dont Dieu, à travers les personnes, agit dans l’histoire et dans la vie des hommes et, à cette occasion, à travers la collaboration croyante de la Vierge Marie et la présence de Saint Joseph.

Pour cette raison, par ce salut, je vous invite à entrer dans le mystère de Noël entre les mains des parents de l’Enfant Jésus car, avec leurs oui respectifs, ils ont facilité le fait que “la Parole de Dieu habite parmi nous”. Mais entrer dans les mains de Marie et de Joseph à Noël nous oblige à nous situer dans les cadres symboliques de Bethléem et de Nazareth, contextes naturels du mystère de l’Incarnation à travers lesquels Jésus devient présent dans les réalités concrètes de notre monde.

Dire Bethléem et Nazareth, c’est valoriser le quotidien, le petit, le simple, le silence et l’anonymat. Cela signifie savoir comment découvrir la valeur rédemptrice d’une vie simple avec ses peines, ses travaux et ses joies. Dans la tradition Sa-Fa, nous répétons souvent l’invitation à trouver dans le mystère de l’Incarnation “la sagesse qui nous guide dans la vie”, une excellente maxime pour méditer, célébrer et vivre Noël cette année.

Le chemin de cette sagesse nécessite de pratiquer le silence intérieur pour être en accord avec le Seigneur ; faciliter que l’Enfant-Dieu s’incarne dans notre façon de penser et de faire ; s´interroger afin que sa Parole puisse guider nos projets personnels ; accepter résolument notre disponibilité pour la mission ; avoir confiance que Dieu ne nous laissera pas seuls et détenir le courage nécessaire pour accepter le plan de Dieu dans nos vies. Passer par les étapes de cette sagesse est une manifestation claire de notre charisme nazaréen pour savoir comment être dans le monde, le comprendre, l’aimer et faire de notre foi une réalité.

Vivre avec cette sagesse, en particulier à Noël, est également une bonne occasion de renforcer nos liens familiaux, de renouveler notre amour mutuel et d’assumer les joies et les revers que la vie nous réserve. Occupons-nous les uns des autres pour devenir surtout des signes de tendresse et d’attention de Noël dans nos familles, nos communautés et nos lieux de travail.

Notre mission d’éducateurs et de catéchistes nous met en contact avec de nombreux jeunes et leurs familles. Présentons-les tous à Noël et confions à l’Enfant-Dieu leurs espérances, leurs joies et leurs préoccupations. Méditons ces jours-ci sur le mystère de la naissance de Jésus, sur les oui de Marie et de Joseph ; sur la joie des bergers près de la crèche, sur l’adoration des mages ; sur la fuite en Egypte et sur la promesse accomplie pour Siméon et Anne au temple … C’est le mystère de Noël et la sagesse de Nazareth !

Le dimanche dans l’octave de Noël, nous célébrerons la fête de la Sainte Famille, un moment important pour demander par son intercession, le bien-être humain et spirituel de toutes nos familles. De même, souvenons-nous de la famille Sa-Fa afin qu’elle soit une institution accueillante pour chacun de ses membres ; qu’elle soit un signe d’espoir pour transmettre le sens de la vie ; qu’elle puisse dire oui à Dieu sans connaître toutes les exigences ; qu’elle se préoccupe de la transmission de l’Évangile de Jésus ; qu’elle soit attentive à la souffrance humaine et que nous puissions chanter notre Magnificat parce que le Seigneur fait de grandes choses malgré notre petitesse.

Le cycle de Noël se termine par la fête du Baptême du Seigneur, déjà au mois de janvier, un mois consacré à la Sainte Famille, un temps pour continuer à contempler le mystère de l’Incarnation et pour vivre “l’esprit de famille” pratiqué par Jésus, Marie et Joseph dans leur vie quotidienne de travail, d’amour et de prière.

Également du 22 au 27 janvier 2019, les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) se dérouleront au Panama, et réuniront, comme en d’autres occasions, des milliers de jeunes des différents continents dans une atmosphère de fête, de prière et de célébration. Offrons nos prières pour les fruits de cette rencontre et pour la préparation spirituelle adéquate de ceux qui y participeront.

Avec un regard sur la Sainte Famille, nous nous rappelons que la semence de Noël se prépare dans la simplicité, la disponibilité et le service de la vie quotidienne.

Joyeux Noël et Bonne Année.

Rome, le 5 décembre 2018

 

Fr.  Juan Andrés Martos Moro SG