Rome le 19 mars 2020

Chers Frères,

Recevez du Conseil général et en mon nom propre, un salut chaleureux et fraternel en ces temps difficiles et éprouvants que nous traversons.

Nous sommes confrontés, avec nos frères et sœurs, à une situation nouvelle et imprévisible qui touche le monde entier et qui, d’une manière particulière, a également modifié le rythme quotidien de la vie de notre Congrégation dans tous les pays où nous sommes implantés.

Nous suivons avec intérêt et inquiétude les nouvelles de nos Communautés et de nos œuvres qui nous parviennent par l’intermédiaire des Frères Provinciaux et des autres Frères.

Dieu merci, les Frères et leurs familles n’ont pas encore été touchés jusqu’à présent. Mais il y a des pays, où les Frères y sont présents, et dans lesquels certains éducateurs sont touchés.

En Europe, le nombre de personnes infectées et de morts est en augmentation. Les gens sont obligés de rester chez eux sans savoir combien de temps cette situation va perdurer. Non seulement les établissements scolaires et universitaires sont fermés, mais aussi les entreprises, à l’exception de celles de première nécessité. En Afrique, le virus a été plus lent à y apparaître, mais les écoles sont aussi fermées, qui pour deux semaines, qui pour quatre semaines. En Amérique, selon les pays, il a plus ou moins progressé, mais pratiquement toutes les écoles et universités sont fermées. En Asie, les premières décisions allant dans le même sens sont également prises. Même les frontières ont été fermées dans un certain nombre de pays.

Les activités éducatives et pastorales, jusqu’aux célébrations liturgiques publiques, ont été interrompues. Partout, des efforts sont entrepris pour accompagner les élèves et étudiants, et les familles avec les moyens disponibles, selon les pays.

En ce temps de Carême très spécial, je voudrais inviter tous les Frères à accompagner cette situation conjoncturelle  par la prière. Faisons de ce drame une occasion de réflexion personnelle et communautaire ; acceptons nos limites, mettons  notre vie entre les mains du Père, soyons solidaires dans la prière en faveur des victimes et demandons au Seigneur de la vie une solution à ce drame.

Nous invitons particulièrement tous les Religieux à se joindre à la Journée de solidarité et de prière retenue pour le dimanche 22 mars par l’Union des Supérieurs généraux (USG) et l’Union des Supérieures générales (UISG), surtout en communion avec toutes les personnes qui ont été touchées. Chaque Communauté est invitée à organiser un temps de prière communautaire, sans oublier celle personnelle.

Je vous invite également à être plus proches de nos peuples et de la Famille Sa-Fa. Soyons plus ingénieux pour leur apporter notre aide et notre affection. Il existe de nombreux moyens que nous pouvons utiliser pour accompagner nos étudiants, nos familles, nos groupes pastoraux et les Communautés Sa-Fa en ce moment. Que l’isolement physique ne conduise pas au confort ou à l’isolement humain et spirituel. Témoignons de notre fraternité sous de nouvelles formes et expressions.

Nous nous mettons entre les mains de la Sainte Famille pour qu’elle nous protège, qu’elle ranime l’espoir en nous et qu’elle trouve une solution définitive à cette maladie, de même que des solutions adéquates  pour  faire  face aux conséquences que cette situation génère.

Fraternellement

Francisco Javier Hernando de Frutos AG