Jésus, lumière du monde

Acclamation avant l’Évangile
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle.
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 3, 16)
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Lectio
Pour les enfants d’Israël, mordu par les serpents venimeux dans le désert, Moïse offrit la possibilité de salut s’ils se tournaient vers un serpent de bronze. Si l’homme parvient à lever la tête et à porter son regard, Dieu lui prépare une alternative : le choix d’un regard, d’une rencontre, d’une nouvelle opportunité. Le fils de l’homme dans le désert du monde sera élevé sur la Croix comme un signe de Salut pour tous ceux qui ressentent le besoin de continuer à vivre et de vaincre les morsures venimeuses des mauvais choix. Jésus-Christ reste là : maudit par qui n’a pas la foi, béni par celui qui croit, un fruit à recueillir, accroché dans l’arbre de vie. Nous aussi, comme les Juifs dans le désert ont été « mordus » par le serpent dans l’Éden, et nous avons besoin de regarder l’autre Serpent de cuivre levé sur le bois pour ne pas mourir : “Celui qui croit en lui a la vie éternelle.”
Dieu, seul capable de jugement parfait, ordonne au fils de ne pas juger mais d’être le lieu du Salut. Il faut effacer toute pensée et toute sensation devant un grand amour. Seul celui qui aime peut « juger », c’est-à-dire « sauver ». Il connaît la fragilité du cœur humain et sait que son image floue a la possibilité d’être à nouveau forte. Le seul jugement qui change l’humanité est l’appel à vivre dans la lumière. Quand le soleil se lève, rien ne se soustrait à ses rayons… et les hommes aussi. Quand le Christ naît, meurt et ressuscite pour nous, personne ne peut échapper à cette lumière qui inonde tout. La foi est le point de discernement de toute existence. Ne pas croire au nom du seul engendré est déjà une condamnation, parce qu’elle exclut de l’amour qui n’accueille pas l’amour. La lumière de l’existence n’a qu’un seul printemps : Dieu. Celui qui se soustrait à la lumière de la lumière meurt.
Celui qui vit la vérité de lui-même et se félicite de ses fragilités comme paramètres de son être humain, ne craint pas la lumière parce qu’il n’a rien à cacher. Il sait qu’en tant que créature, il travaille dans la logique de la limite, mais cela ne montre pas l’importance de son travail parce que sa vie est un tout avec la vérité éternelle.

 Avec des yeux Nazaréens
L’incarnation est la grande manifestation de l’amour de Dieu au monde et surtout à l’homme. Nous ne pouvons pas trouver un autre motif fort pour “un de la Trinité” soit venu pour nous sauver. “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique afin que tous ceux qui croient en lui aient la vie éternelle” (Jn 3, 16). “en cela est devenu visible parmi nous l’amour de Dieu: en ce qu’il a envoyé le monde à son fils unique de vivre à travers lui” (I Jn. 4.9). (Esprit du corps et de la famille)
La spiritualité de la famille Sa-Fa a souligné dans la famille de Nazareth quelques caractéristiques de l’amour: -un amour qui fait confiance à la Parole de Dieu et compte sur elle organise son dévouement à Dieu et aux autres. On peut en arriver à comprendre l’amour du Père qui a tant aimé le monde (et nous) qu’il a envoyé son fils (Jésus) pour nous sauver et maintenant il nous envoie pour sauver d’autres frères. En fin de compte, c’est l’amour qui repose sur l’amour du père, est fondée sur lui et tente de le rendre compréhensible, aimable, créateur de la vie… (3.4.3 Manuel de spiritualité,)

Prions
Je veux que ma langue s’attache à mon palais + si je perds ton souvenir, * si je n’élève Jérusalem, au sommet de ma joie. Ps 136

À Nazareth
Cette fidélité d’Israël nous enseigne que dans la lutte contre un adversaire, l’église ne doit pas transiger ni douter. La confiance inébranlable en Dieu et la force de l’Union fraternelle nous permettent de témoigner devant le monde que l’appartenance au Père nous rend capables de fidélité, d’amour et de pardon réciproque. Loin de maudire nos persécuteurs, prions pour eux, comme Jésus nous l’a enseigné; La charité vaincra nos ennemis, les convertira en enfants du Père et en frères embrassés dans la communauté. Certainement Jésus, Marie et Joseph ont chanté avec des résonances profondes ce psaume. Mais en eux se développe une nouvelle dimension que Jésus proclamera comme une nouveauté « chrétienne: sans trahir Dieu, il est possible de pardonner aux ennemis et de prier pour eux. Ce n’est pas la malédiction qui s’abat, mais la bénédiction et le pardon. Cela a été démontré également par l’histoire récente d’Israël dans la Shoah. HNO. Lino da Campo)

Intentions
Ô Dieu bon et fidèle qui n’est jamais fatigué d’appeler les vagabonds à une véritable conversion et en ton Fils élevé sur la Croix nous guérit des morsures des méchants, nous donne la richesse de ta grâce, de sorte que renouvelé dans l’esprit peut correspondre à ton éternel et illimité amour.