Une fois de plus, les paroles du Frère Gabriel Taborin ont résonné : ” Il n’y a pas de fonction plus belle, plus honorable et plus méritoire pour ceux qui l’exercent avec foi, que celle de catéchiste ” (N. Guid 892). En ces temps très difficiles pour le Burkina, la cérémonie d’envoi en mission de 26 binômes de catéchistes, 13 dans l’école de catéchistes de Gèlgê et 13 dans celle d’Imasgo, a suscité joie et émotion.
Au terme de leur parcours de formation, le samedi 7 mai à Gèlgê et le jeudi 12 mai à Imasgo, une célébration solennelle a accompagné la cérémonie d’envoi des binômes de catéchistes avec leurs familles.
Cette année encore, Camsafa a pu assurer la fourniture d’outils de travail à tous les couples en collaboration avec le Bureau missionnaire diocésain de Turin, qui nous soutient et nous accompagne depuis des années dans la mise en œuvre de ce projet à travers le Carême de fraternité. Le catéchiste au Burkina Faso, comme dans la plupart des pays d’Afrique, est considéré comme le bras droit du prêtre. Lui et son épouse suivent une école de formation pour catéchistes pendant quatre ans, à l’issue desquels le couple est envoyé par l’évêque en mission dans une paroisse où ils exerceront leur mandat. Le diocèse leur fournit une maison et des terres à cultiver. Le couple devra vivre de son travail. À cette fin, ils sont dotés d’une charrue, d’un chariot, d’une bicyclette et d’un métier à tisser.
C’est vraiment un signe d’espoir dans ce pays encore si éprouvé par une situation pas facile.