Après avoir perdu mon père le 2 juin 2020, mais non pas à cause de la maladie COVID, il y a des moments douloureux qu’on ne veut plus revivre. Je n’oublierai jamais que la veille de la mort de mon père, je n’ai pu passer que 5 minutes avec lui en raison de la réglementation COVID, même s’il ne l’avait pas.
Pour ma sœur et moi dès lors la plus grande préoccupation était le bien-être de ma mère, c’est pourquoi depuis le 11 janvier mes parents vivaient avec ma sœur. Ma mère souffre de parkinsonisme à un stade très avancé. Le moment est arrivé que nous ne souhaitions pas: il fallait reconnaître que nous ne pouvions pas offrir la qualité de vie dont ma mère avait besoin et nous avons dû demander une place à la résidence Santa Teresa de Jornet où elle est entré le 30 août.
Le mois de décembre a été très dur et il était temps de demander à la communauté des prières. Ma sœur et moi nous avons prié pour la santé de notre mère par l’intercession de Frère Gabriel Taborin. La communauté des Frères de Burgos s’est unie aussi à cette prière.
Ce qui est arrivé à ma mère est un fait inexplicable, car les médecins nous ont dit que la situation était très grave. Mais elle s’est rétablie, même si le COVID-19 lui a fait beaucoup perdre, c’est-à-dire que sa maladie a progressé plus que prévu.
Mais l’important est qu’elle soit encore parmi nous.
Je remercie Dieu pour la présence de ma mère, et plus encore après ce que j’ai vécu.
Frère Emilio Gutiérrez
Burgos, le 13 mars 2021