Retraite Tamié (88)Le document sur l’Identité et la Mission du Frère religieux dans l’Eglise vient compléter les trois cercles en lesquels est défini notre être. L’exhortation Vita Consecrata nous fournit la référence pour notre statut de religieux, nos Constitutions nous disent comment être des Frères de la Sainte-Famille, et ce nouveau document se situe entre les deux. Les trois constituent une base solide pour la formation des novices et des scolastiques, ainsi que pour la formation continue de tous les frères.

Nous allons marquer ici les trois ponts qui permettent de passer d’un document à l’autre pour mettre en évidence l’harmonie existant entre eux et l’unité profonde qui les anime, comme elle devrait également animer notre vie dans l’une de ses étapes et situations.

Le nom

Répondant à l’intuition profonde et aux désirs de Frère Gabriel Taborin (Nouveau Guide 6 et 7), les constitutions disent : « Les membres de l’Institut sont tous Frères et ils s’appellent de ce nom. » (4). Et dans la continuation citant la belle synthèse de Vita Consecrata : « Ces religieux sont appelés à être des frères du Christ, profondément unis à Lui, “l’aîné d’une multitude de frères” (Rm 8, 29) ; frères entre eux, dans l’amour mutuel et dans la coopération au même service pour le bien dans l’Église ; frères de chaque homme par le témoignage de la charité du Christ envers tous, spécialement envers les plus petits et les plus nécessiteux ; frères pour une plus grande fraternité dans l’Église “. C’est ce que fait aussi le document Identité et la Mission à la fin du premier chapitre.

Le nom, en effet, déjà exprime une grande partie de l’identité et de la mission et est une façon concrète et facilement reconnaissable pour déterminer l’identité tant des personnes que des institutions. « Le nom de « Frères » signifie positivement ce que ces religieux assument comme mission première de leur vie » (identité et mission 11).

Sans revendiquer l’exclusivité sur l’utilisation d’un nom avec une signification si large à l’échelle humaine et ecclésiale, les religieux frères se situent en fonction d’un signe reconnu, par le Concile de Vatican II, à la vie consacrée pour maintenir vivantes chez les baptisés la mémoire des valeurs fondamentales de l’Évangile, dans lesquelles se trouve la fraternité.

D’autre part le nom de frère porte avec lui quelques attitudes et un style de vie très concret dans la vie de tous les jours. Frère Gabriel Taborin le formulait ainsi : « … le nom de Frère que porte le Religieux de la Sainte-Famille, marque naturellement l’aménité qu’il doit avoir envers tout le monde, et particulièrement à l’égard des enfants. » (Nouveau Guide, 685).

La relation

« Le mystère qui nous a été révélé dans le Christ, cherche à établir une relation horizontale entre Dieu et l’humanité… Les relations d’affiliation se transforment donc, en même temps, en relations de fraternité. » (Identité et mission, 13). C’est la base d’une profonde communion qui, dans le domaine de l’église, vise à atteindre les limites de l’humanité.

La première partie de l’exhortation Vita Consecrata présente la vie consacrée comme « confessio Trinitatis, confession de la Trinité » et dans la logique du don reçu pour être partagé, dit au n ° 21. ” Rapporter les conseils évangéliques à la Trinité sainte et sanctifiante, c’est révéler leur sens le plus profond. En effet, ces conseils expriment l’amour porté au Père par le Fils dans l’unité de l’Esprit. En les pratiquant, la personne consacrée vit avec une intensité particulière le caractère trinitaire et christologique qui marque toute la vie chrétienne. ».

Dans la même veine, se placent les constitutions quand elles disent que « La vie communautaire s’enracine dans la Trinité qui fait entrer les Frères dans son mystère d’amour par l’action du Père qui les appelle, du Fils qui les rassemble en lui, du Saint-Esprit qui les relie entre eux. ». (C. 90).

Tout cela a des conséquences importantes dans la vie de la communauté à accepter son frère comme un « cadeau du père » et pour la vie de la communauté chrétienne : “La Fraternité des frères religieux est un stimulus pour toute l’Eglise, parce qu’elle rend présente la valeur de l’Évangile des relations fraternelles, horizontales, face à la tentation de dominer, à la quête pour la première place, à l’exercice de l’autorité comme pouvoir. » (Identité et mission, 7).

La connexion entre la communion et la mission est un des axes essentiels dans tous les documents actuels de l’Eglise. C’est grâce à cette reconnaissance aujourd’hui que ” La fraternité dans le service a été un apport fondamental des instituts religieux de frères à la vie consacrée et à l’Eglise” (Identité et mission 23). Tout cela prend en charge le principe posé par les constitutions : « Les Frères exercent leur activité apostolique surtout communautairement. » (C 117).

Histoire

Après avoir traité de la vie du Frère dans toutes ses dimensions dans les trois premiers chapitres, les constitutions dans le quatrième chapitre constituent un nouveau départ : le dépouillement de la vie de frère à leurs divers stades pour atteindre sa plénitude. Et qui est ” vie des frères est une histoire, une histoire du Salut à pour ses contemporains et parmi eux, surtout pour les pauvres” (identité et mission 32).

L’intégration des différents éléments de la vie consacrée est réalisée en chaque personne de manière progressive et dynamique, avec des hauts et des bas, avec des avancées et des reculs. L’important est de découvrir et entrer dans le jeu entre la grâce de Dieu et de la liberté humaine qui est le tissage de chaque histoire personnelle.

Mais il faut dire d’emblée qu’il ne s’agit pas de parcourir le chemin de façon d’individuelle. “La question de savoir ce que veut dire être frère aujourd’hui suppose ce qui suit : qui est mon frère ?” (Identité et mission 33). Et la réponse a un aspect communautaire et autre qui se réalise dans la mission, en serrant la main de l’autre dans les activités propres du charisme.

Dans ce même sens, il faut dire que l’histoire de chacun s’intègre dans l’histoire collective de la Communauté, la Province, l’Institut, de l’Eglise… Actuellement la voie de la formation permanente se situe fréquemment en relation avec d’autres vocations (laïcs, prêtres). « Le frère religieux trouve dans sa famille charismatique un environnement propice au développement de son identité. Dans un tel environnement, les frères partagent l’expérience de communion et de promotion de la spiritualité de communion, comme le vrai sang donne vie aux membres de la famille, et s’étend à toute l’Eglise « (Identité et mission 38, Vita Consecrata, 51).

« Ceux que, d’avance, il connaissait, il les a aussi destinés d’avance à être configurés à l’image de son Fils, pour que ce Fils soit le premier-né d’une multitude de frères. (ROM., 8,29 ». » « C’est le nom que Jésus-Christ, l’agneau sans tache immolé pour le salut du genre humain, a choisi lui-même quand il a voulu nous exprimer d’un seul mot tout l’excès de sa bonté et de son amour » (Nouveau Guide 6)

Frère Teodoro Berzal

Belley, janvier 2016